dimanche 24 octobre 2010

Encore l'expropriation

La situation de certains propriétaires de la rue Lemieux concernant l'obligation qu'a la Ville de leur fournir de l'eau est bien représentative de Richard Goulet.  Incapable de s'entendre, on se tourne vers l'expropriation.  Je sais qu'ils n'ont pas le choix puisqu'il y a une date butoir à respecter, mais on voit bien que la négociation n'est pas son fort.

Que la Ville choisisse de creuser des puits au lieu d'amener l'aqueduc pour des raisons économiques, je veux bien.  Mais pourquoi diable la Ville refuse-t-elle d'être responsable des puits?  Si j'étais à la place des propriétaires, j'exigerais la même chose.  La Ville s'est engagée envers eux, ils ont toujours payé leurs taxes, elle est donc maintenant responsable de fournir l'eau.  Le fait qu'il vont creuser les puits à leur frais est une admission de cette responsabilité.  Toutes autres options est un retour en arrière.  Imaginez que vous restez au centre-ville et que la Ville, peu importe la raison, décide de vous déconnecter de l'aqueduc, vous creuse un puit et vous dit: «Arrangez-vous avec vos problèmes.»  Ça n'a aucun sens.

De toute façon, cette partie de la Ville est condamnée à être urbanisée avant longtemps, l'aqueduc sera probablement rendue avant même qu'il y ait un problème avec les puits.  Pire encore, en étant responsable du puit, la Ville pourra exiger le paiement de la taxe d'eau comme si c'était l'aqueduc.  Le risque n'est pas très grand.  De plus, dans le canton - où ils ont des problèmes avec leur puit - qui est maintenant responsable?  La Ville.  Alors pourquoi tenter d'éviter l'inévitable, compliquer la vie de tout le monde et gaspiller l'argent des contribuables en bureaucratie inutile?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.