lundi 17 mai 2010

Que doit-on léguer à nos enfants?

Les gouvernements sont-ils trop endettés?

Suis-je le seul à entendre les doléances de nos professionnels?  Vous savez ceux que nous payons pour surveiller nos agissements.  Pourtant, ça ne semble qu'être le gros bon sens.

Vous me direz que les finances personnelles sont différentes de nos gouvernements.  Voyons voir.

"La dette des ménages équivaut à 144% de leurs revenus"

Quels sont les revenus de la Ville?  En 2010:  73,8 M $.  Quelle est sa dette?  J'estime qu'à la fin de 2010, elle sera de 68 M $.  Résultat:  La dette de la Ville de Granby équivaut à 92% de ses revenus.  Richard Goulet dit qu'il ne s'inquiètera pas tant qu'elle n'atteindra pas 115 M $, soit 156% des revenus de la Ville.

"Elle établit la «zone d'inconfort» (...) face au poids des mensualités (...) à 40% du revenu disponible."

"À partir de ce seuil, les consommateurs entrent dans la catégorie des mauvais risques et l'étape suivante consiste en trois scénarios: des sacrifices immenses pour se sortir d'une spirale d'endettement continue, des arrangements avec les créanciers ou la faillite personnelle."

Ceci correspond,  plus ou moins, à une dette de 280 M $ pour la Ville de Granby.  C'est lorsque vous êtes au bord de la faillite.  Ceci correspond, grosso modo, à un seuil où le Ministère des Affaires Municipales pourrait mettre la Ville en tutelle si le conseil ne fait pas de changements drastiques.

À cette étape, les paiements annuels seront approximativement de 14 M $ en remboursement du capital et 14 M $ en paiement d'intérêts.  Les intérêts ne nous apportent rien.

Vous vous dites: "Mais 115 M $, c'est loin de 280 M $."  Effectivement, vous avez raison.  À 115 M $ de dettes, nous aurons des paiements annuels de 5,8 M $ en remboursement du capital et 5,8 M $ en paiement d'intérêts.  Mais même si nous ne somme pas au bord de la faillite, 5,8 M $ en intérêts, ça n'apportent rien non plus.  Peu importe le montant de votre dette, les intérêts ne vous donnerons jamais rien de plus, bien au contraire.

Qu'est-ce que 5,8 M $ pour vous?  C'est 11¢ sur votre taux de taxes.  Si Richard Goulet vous dit qu'il peut gérer la Ville de Granby avec un taux de taxes de 80¢ et une dette de 115 M $, je peux la gérer avec un taux de taxes de 69¢ et sans dette.  Avoir une dette, ça coûte quelque chose, personne ne va vous prêter de l'argent sans rien obtenir en retour.

Gérer sans dette

Comment faisons-nous?  Comment fait-on lorsqu'on a besoin d'un gros montant pour bâtir un pont ou aréna?  De façon simple:  Au lieu de les endetter, nous devons "prêter" à nos enfants.

Financer la dette

Analysons la technique "Richard Goulet".  Nous visons une dette constante de 115 M $, soit la dette moyenne des villes québecoises (toutes proportions gardées).  Comme  nous l'avons vu plutôt, nous devons rembourser chaque année 5,8 M $ sur cette dette.  Donc, si nous voulons maintenir la dette à 115 M $ pour l'année suivante, nous devons réemprunter 5,8 M $ (C'est ce qu'on appelle "financer la dette").  Naturellement, ce 5,8 M $ d'argent frais nous l'investirons dans des infrastructures.  Notez que ce 5,8 M $ est une moyenne annuelle.  Il est possible qu'une année il n'y est aucun emprunt et que la suivante le montant emprunté soit le double.

Économiser équivaut à prêter à soi-même

Maintenant, imaginons que l'année précédente, le conseil avait déjà mis de côté 5,8 M $;  Résultat, vous "empruntez" le montant de l'ancien conseil.  Par contre, vous devez économiser 5,8 M $ pour l'année suivante (ou "prêter de l'argent pour les dépenses futures", si vous préférez).  Comparons les deux méthodes:

                                              Avec dette      Sans dette

Dépense nécessaire:                     68 M $               68 M $

Remboursement dette:                   5,8 M $              0 M $

Paiement intérêts:                         5,8 M $              0 M $

Montant "prêté" (économisé):         0 M $                5,8 M $

                                                     ____________________

Revenu nécessaire:                       79,6 M $         73,8 M $

moins le  Montant "emprunté":        5,8 M $            5,8 M $

                                                     ____________________

Taxe nécessaire:                           73,8 M $           68 M $

Dans les deux cas, nous investissons 68 M $.  Mais avec l'endettement on doit dépenser 73,8 M $, soit les investissements plus 5,8 M $ pour rembourser les intérêts.  Maintenant qu'advient-il si nous avons besoin de 10 M $ pour une année, au lieu de 5,8 M $?  Où trouve-t-on la différence?

Mais personne n'a dit que nous étions obligé de n'avoir que 5,8 M $ en banque.   Il suffit d'amasser un plus gros montant avant de le dépenser.  Imaginons qu'un conseil s'engage à mettre 5,8 M $ de côté chaque année de son terme (4 ans) et de le "léguer" au prochain conseil.  Le prochain conseil aura donc 23,2 M $ à dépenser à sa guise pendant son terme de 4 ans.  En contrepartie ce nouveau conseil s'engagera à économiser 5,8 M $ par année pour le conseil suivant.  Ceci donne un bon coussin, pour absorber les inégalités dans les dépenses annuelles.

Et si vous transformez l'engagement de "mettre 5,8 M $ de côté par année" en "mettre 11¢ par 100$ d'évaluation de côté par année", le montant que vous mettez de côté s'ajuste automatiquement avec les moyens disponibles par vos citoyens (à la hausse ou à la baisse).

Léguer des dettes ou des moyens?

Le scénario que nous venons d'analyser est celui où nous maintenons l'endettement stable, année après année.  Or, en ce moment à Granby, nous vivons une période où l'endettement augmente chaque année.  Ceci signifie que nous avons beaucoup plus d'argent à dépenser et c'est ce qui nous donne cette impression de richesse.  Mais un jour ou l'autre, peu importe l'endettement que l'on croit être idéal, nous devrons cesser d'augmenter la dette et nous devrons payez les intérêts et ce, tant et aussi longtemps que la dette ne sera pas remise à zéro.  Plus la dette sera élevée, plus les intérêts annuels seront élevés.  Et diminuer une dette sera aussi désagréable que d'augmenter une dette aura été plaisant.

Est-ce difficile de mettre 5,8 M $ de côté?  En 2009 nous avons fait un surplus de 6 M $, dont plus de 4 M $ en argent comptant.  Vous en êtes-vous aperçu?

Emprunter pour construire n'est pas un cadeau pour nos enfants.  Mettre de l'argent de côté pour qu'ils puissent le dépenser à leur guise, ça c'est un cadeau.  Si seulement quelqu'un l'aurait fait pour nous.

Brisons le cycle.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.